Challenge de l'imaginaire, Chronique

[Chronique] Avant 7 jours, Nelly Chadour

C’est partie pour la chronique d’une Lecture d’Halloween ! J’ai nommé : Avant 7 jours de Nelly Chadour.

Ce livre m’intriguait depuis sa sortie et m’inquiétait un peu en même temps, car je ne lis pas vraiment ce genre de roman d’habitude. Cependant, j’ai tendance à faire confiance aux moutons électriques qui publient des ouvrages de qualité et en plus la jolie couverture m’a beaucoup fait envie. 

J’ai finalement pu le découvrir car je l’ai reçu en cadeau de ma grand-mère, en visite en Alsace et qui a insisté pour faire un petit tour en librairie. J’ai eu le plaisir de repartir avec ce livre ainsi que chroniques du pays des mères d’Elisabeth Vonarburg 😊 

Avant de me lancer j’ai lu quelques critiques et commentaires sur les divers RS et, malgré de jolis commentaires, je m’inquiétais un peu car je n’accroche pas trop sur les ouvrages centrés autour d’une bande d’adolescents. J’ai conservé cette inquiétude lors des premiers chapitres, mais j’ai vite été prise dans l’action du roman et souhaité savoir où menait l’intrigue. C’est donc une lecture réussie qui m’a surprise et bien accroché. 

De kwa ça cause

Au niveau du pitch, nous sommes menés sur une île bien étrange, Unscilly située au large de l’ Irlande,qui est régie par de curieuses lois comme celle qui oblige l’île à accueillir ni plus ni moins que 999 habitants. 

En cas de décès ? Rien de plus simple, il faut en pas moins de 7 jours contacter les grandes îles pour trouver un remplaçant. Et ceux qui veulent se barrer de l’ île ne sont pas libres de le faire. Direction la file d’attente, l’avis du conseil et l’attente bien sûr de l’arrivée d’un remplaçant (je ne me plaindrai plus de la difficulté de trouver un logement dans une ville sympa) .

L’île vit au rythme de traditions druidique ancestrales, bercée par des fêtes comme Beltaine. Mais à chaque festivité son lot de tragédie, puisque les enfants semblent ciblés par des attaques répétées d’agresseurs aux allures de monstres. Quelques chose de pas très sympathique se trame clairement sur l’île, où son fonctionnement si bien rodé semble finalement bien bancal.

Les adultes vivent dans une constante anxiété, à l’affût de dérapages sur Unscilly. Mais aussi dans le secret, ce secret qu’ils semblent tous partager et qui est confié aux plus jeunes lors du passage à l’âge adulte à l’occasion des fêtes de Beltaine. Pas question de dire un mot aux enfants, qui sentent pourtant le danger constant qui est présent sur l’ île.

Des personnages qui sont un point fort du récit…

Le récit est truffé de personnages auxquels on s’attache : Jodie et ses allures de punk au cœur immense, arrivée toute fraîche (ou presque) sur l’île depuis la belle Irlande, ou encore Siofra, dite « souffrance « , très anxieuse et sujette à des crises de larmes ce qui fait qu’elle est terrorisée et maltraitée par les autres enfants. La petite Siofra s’avère finalement bien surprenante et attachante, même si elle est, il faut l’avouer, parfois un peu agaçante. 

Mon inquiétude d’avoir une majorité de personnages adolescents s’est vite dissipée, car ils sont sont pas mous et plein de clichés, mais plutôt bien construits et intéressants. 

Certains adultes sont aussi bien singuliers et parfois clairement inquiétants.  Je citerai bien sûr le fossoyeur, père de la jeune Jodie, ce titan aux airs monstrueux, dégoulinant d’alcool qui gère un lieu d’une importance capitale :le cimetière. 

…Mais aussi des thèmes forts

Mine de rien, derrière cette ambiance d’horreur ponctuée d’humour, plusieurs thèmes importants et tout à fait sérieux sont abordés: le handicap et les difficultés associés, les difficultés sociales, l’anxiété, les terreurs de l’école et la brutalité de certains camarades, l’exclusion, la maltraitance, l’orientation sexuelle… pourtant le tout est amené avec habileté , sans que ca ne devient lourdingue comme cela pourrait être le cas quand on traite d’une bande d’ adolescents.

Le mot de la fin

Finalement, le récit à un petit côté stranger things plutôt sympathique et une ambiance horreur sans être réellement terrifiante, mais pleine de suspense. Le groupe d’amis est plein de ressources pour découvrir les secrets de l’île et lutter contre le fléau qui les menace. Car évidemment, les adultes sont cruellement à la masse (sauf une petite brochette de petits vieux) et font méchamment l’autruche face aux problèmes de l’île .

La fin est plutôt bien menée avec pas mal d’action, même si quelques questions restent en suspens. Ce livre ne fait pas partie de ceux que je relirai à coup sûr ou de mes gros coups de cœur mais reste une lecture très sympathique et divertissante, qui aborde mine de rien des thématiques fortes, trop souvent délaissées. L’autrice a  réussi l’exploit de ne pas tomber dans le cliché du YA. 

Le récit s’appuie beaucoup sur la mythologie celtique, ce qui est un vrai bonheur !  Il est bourré aussi de références du genre de l’horreur, qui n’est pas ma spécialité donc je ne m’oserai pas à vous les énumérer ici, mais qui plairont sûrement à beaucoup de lecteurs. 

Le livre bénéficie aussi d’un bel épilogue dont je ne livrerai pas les surprises, mais que j’ai bien apprécié ! 

Retrouvez les chroniques des autres bloggeurs : Au Pays des Cave TrollsYuyineSometimes a book – Fourbis et TêtologieLe dragon galactiqueLe chien critique

1 réflexion au sujet de “[Chronique] Avant 7 jours, Nelly Chadour”

  1. Je l’avais repéré mais après avoir vu plusieurs abandons sur le net, je l’avais quelque peu mis de côté. Or, de la construction des personnages à l’ambiance en passant par les thématiques abordées, ce roman semble finalement posséder quelques beaux atouts.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s