Chronique

[Chronique] Le livre de Phénix, Nnedi Okorafor

Pour cette nouvelle chronique, je vais parler d’une sortie récente chez ActuSf, Le livre de Phenix, par Nnedi Okorafor.

Nnedi Okorafor a déjà plusieurs romans à son actif, notamment Qui a peur de la mort que j’avais beaucoup aimé, Binti, ou encore La fille aux mains magiques qui était un petit coup de cœur. 

Le livre de phénix se place dans le même univers que Qui a peur de la mort, mais de très nombreuses années auparavant. Il n’est absolument pas nécessaire de l’avoir lu pour se plonger dans ce nouveau roman. 

Le pitch

Comme son nom l’indique, ce roman conte les aventures de Phénix, qui vit dans la tour 7 qui est le siège d‘expériences génétiques portées par une organisation nommée le Grand Oeil. Phenix fait partie de ces expériences, des SpeciMen. Elle est née il y a 2 ans, mais profite d’une croissance accélérée qui la fait en paraître 40. Elle réalise un jour la cruauté des expériences qui ont lieu dans la tour, après le suicide de son ami et amoureux Saeed. Cette prise de conscience éveille en elle des envies de rébellion envers les agissements de la tour 7. 

Dans sa rage et sa colère, elle commence à briller d’un feu qui fait monter son corps à des températures incroyables, jusqu’à se consumer toute entière. Mais, car son nom lui va bien, elle renaît, avec une étrange bosse sur le dos, une mission donnée par l’arbre sur lequel repose la tour 7, et plus tard l’objectif de se venger du grand œil. 

Elle commence alors son voyage, traquée par le grand œil, pour trouver une paix qui ne viendra pas, puis vers les autres tours, ou d’autres expériences sont en cours. 

Petite déception 

Le résumé me semblait infiniment intéressant, mais malheureusement j’ai trouvé la lecture assez décevante et plutôt ennuyante. J’ai eu du mal à accrocher, tant aux personnages qu’à l’intrigue qui m’a paru assez répétitive et sans trop d’intérêt.

 Je m’explique: 

Je pense sincèrement que le texte n’était simplement pas fait pour moi, car je reconnais qu’il est loin d’être mauvais. La plume est chouette, mais j’aurais aimé des personnages encore plus fouillés et plus travaillés. 

L’univers créé est riche et intéressant mais là encore pour moi ça manque de détails. Par exemple, il est à un moment question d’araignées de métal, une espèce de robot censées protéger l’accès à des réserves énergétiques, mais qui déraillent et attaquent tout ce qui s’approche, et aussi d’une graine et d’arbres mystiques qui semblent donner aux humains des capacités spéciales. C’est fichtrement intéressant mais en bordure de l’intrigue et pas du tout développé du coup ça devient frustrant. 

J’ai apprécié les thèmes abordés, puissants et parfois très durs, avec cette histoire de rage, de colère et de vengeance. Le texte aborde les dérives de la science, mais aussi l’égoïsme de certains humains dans leur soif de pouvoir et d’immortalité.

 On comprend bien la lutte de Phénix contre l’envie de simplement tout détruire par vengeance. Les gens du grand œil la traquent et détruisent tout ce qu’elle construit sur le passage, la privant de bonheur, d’amour et de l’amitié des communautés qui l’accueillent. L’autrice aborde aussi la question de l’abus marqué que subissent les peuples africains, car ce sont eux qui sont majoritairement intégrés dans ces recherches atroces. Une minorité opprimée et victime de quelques puissants qui ne voient que leur intérêt personnel. 

Le problème ici c’est que j’ai trouvé l’intrigue trop prévisible et qu’elle traînait trop en longueur, malgré le fait que, comme je l’ai dit plus haut, certains aspects sont à peine effleurés. Je me suis donc assez ennuyée à la lecture .

Conclusion

Malgré de superbes thématiques et un bel univers, je n’ai donc pas réussi à accrocher pour cette fois, dommage. Je ne manquerais quand même pas de lire les prochains romans de Nnedi Okorafor, car je elle a de superbes textes à offrir aux lecteurs (la fille aux mains magiques toujours dans mon coeur💜)

Chroniques des autres bloggeurs.euses : la geekosopheau pays des cave trolls – fantasy à la carte

4 réflexions au sujet de “[Chronique] Le livre de Phénix, Nnedi Okorafor”

      1. Oh bah ça va pas être pour tout de suite honnêtement… Et si les prix récompensaient systématiquement les bons textes ça se saurait, c’est majoritairement des arrangements sous le manteau et du copinage… 🤷 Pour moi ça n’a jamais été un gage de qualité.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s