Article

Bilan Imaginales 2021

Cette année, les Imaginales, festival de littératures de l’imaginaire, avaient lieu du 14 au 17 octobre à Epinal. J’ai eu le plaisir de m’y rendre du vendredi au dimanche. Ce fut pour moi la 3e visite de ce magnifique festival.

Cette année était bien particulière, puisque, si d’ordinaire le festival a lieu au niveau du parc au mois de mai, il s’est tenu cette année au sein de plusieurs îlots dans la ville, en automne. Cependant, le programme et le nombre d’invités étaient tout aussi imposants que les années précédentes! Un grand bravo à toutes les personnes impliquées dans l’organisation du festival, c’était une vraie réussite!

Évidemment, j’avais prévu un programme que j’ai… presque réussi à suivre finalement ! (sauf au niveau des achats, mais ça c’était à prévoir)

Arrivée le jeudi aux alentours de midi, après 2 changements de trains et quelques 2h30 de trajet. Après un petit sandwich rapide, j’ai pris mes marques rapidement en repérant les différents endroits dédiés au festival puis j’ai rejoint la place des Vosges pour ma première conférence. “Quand la magie est au coeur du récit” était un moment de discussion très intéressant avec une belle liste d’invités: Robert Jackson Bennet, Eleonore Devillepoix, Jeanne Mariem Correze et Pauline Sidre. Pour être honnête, si je connaissais les auteurs/autrices invités de nom je n’ai encore jamais lu leurs ouvrages mais la thématique de la conférence m’inspirait. J’ai passé un très bon moment et me suis laissée convaincre de repartir avec l’ouvrage de Jeanne Mariem Correze, que j’ai vue plus tard en dédicace. Donc gros conseil: il ne faut pas aller aux conf si vous ne voulez pas être tentés par l’achat de livres, les auteurs les vendent trop bien ! (j’ai eu le même coup avec la conf de Floriane Soulas, franchement écouter les auteur/trices, c’est le mal! xD ).  J’avais prévu de voir une ou deux autres conférences ce jour-là, mais je me suis laisser happée par les tentes de dédicaces le reste de l’après-midi.

C’était vraiment une journée magnifique, c’est agréable de découvrir le festival hors week-end, quand les allées ne sont pas complètement encombrées et qu’on peut prendre du temps pour discuter avec les invités. C’est la première fois que j’ai pu réellement profiter du pôle illustrations, où j’ai été faire dédicacer un des Carnets de Lovecraft par le talentueux Armel Gaulme, et que j’ai craqué pour la monographie de Julien Delval qui m’a fait une sublime dédicace ❤ C’était vraiment top de voir les artistes et de les regarder dessiner. Par contre, ça prend du temps, donc j’y ai passé une grande partie de mon après midi.

Des reproductions des (superbes) oeuvres de Julien Delval étaient éparpillées sur les sites du festival

Je suis quand même sortie de là avec une (trop) grosse pile de livres… De quoi se muscler le dos lors des nombreux aller-retour entre les différents sites du festival!

Le samedi, j’ai commencé par un tour très rapide aux chapiteaux de dédicaces pour récupérer les titres qui me manquaient la veille, notamment Rouille et Les noces de la renarde de Floriane Soulas, ainsi que Sous l’ombre des étoiles de Thomas Geha. Encore une fois, discuter avec les auteurs c’est vraiment prendre le risque de craquer pour leurs livres, je suis donc repartie avec non pas 1 mais 3 livres de Thomas Geha.. Zéro regret cependant ! Je viens de terminer Sous l’ombre des étoiles et c’était une très belle lecture dont je reparlerais sur le blog plus tard. 

Petite partie du Book Haul du festival

Ensuite, j’ai frôlé l’hypothermie dans le magic mirror de la place des Vosges en allant écouter la conférence du coup de coeur des imaginales, Floriane Soulas, suivie par “Les milles visages de la fantasy” avec un panel qui déboite : Robert Jackson Bennett, Patrick K Dewney, Thomas Geha et Stefan Platteau. Ces 2 conf étaient un vrai régal! Encore une fois, je suis méga faible et je suis retournée plus tard pour prendre le dernier ouvrage de Floriane Soulas, Les oubliés de l’amas. On y parle d’explorer Jupiter en même temps, je ne pouvais pas manquer ça! 

Le chéri m’a ensuite rejoint après les conférences, on a profité d’une petite pause repas et de l’après midi pour découvrir les 2 expositions que j’avais sélectionnées : celle de Jorg Asselborn à la bmi et celle de la passe miroir au mudaac. Qu’est ce que c’était beau ❤

Superbe exposition La Passe Miroir

Du coup, j’ai raté la remise des prix et la conférence sur le space opéra, donc j’ai hâte de pouvoir avoir accès aux enregistrements. J’écouterai aussi avec plaisir la table ronde Rebelles, insurgées et autres héroïnes qui a connu un discours marquant d’Estelle Faye, si j’en crois les résumés des autres bloggeurs/bloggeuses! 

Le dimanche je me suis contentée d’une petite matinée de balade pour chasser les dernières dédicaces (certaines non prévues d’ailleurs comme celle de Luce Basseterre qui était sur le stand Mnémos). J’ai eu la chance de croiser justement Estelle Faye quelques minutes et j’ai été clairement impressionnée par son énergie débordante ! En à peine 2 minutes elle m’avait déjà conseillé plusieurs ouvrages d’autrices sur le festival, un vrai bonheur 🙂  J’ai en aussi profiter pour faire dédicacer le seul livre que j’ai apporté de chez moi : Jaunes Yeux de Stefan Platteau. Par contre en discutant avec l’auteur j’ai pu me rendre compte que je ne me souvenais paaas du tout des autres tomes, donc il va falloir que je me rafraichisse la mémoire avant la lecture!

Quelques trucs en vrac : 

  • Mon ouvrage coup de cœur/craquage du festival (qui sera sans aucun doute une de mes très prochaines lectures) est je pense Le chant des glaces de Jean Krug. Le résumé du livre me semblait intéressant, mais j’ai surtout apprécié la discussion avec l’auteur qui est clairement passionné. Glaciologue de formation, son amour de la glace et de sa thématique de recherche se transmet dans son discours. J’ai donc vraiment hâte de découvrir son texte. Moi qui suis scientifique de formation, c’est assez plaisant de voir ces auteurs scientifiques qui arrivent à jongler avec leurs 2 passions et à écrire les textes qui les font rêver (comme c’est aussi le cas de Floriane Soulas d’ailleurs. Et d’après son twitter j’ai aussi vu qu’Adrien Thomas était zoologiste, il faudra que j’aille discuter un peu avec lui aux prochaines imaginales, car je n’en ai pas eu l’occasion cette fois! ). 
  • Truc rigolo : j’ai parlé avec plusieurs auteurs de l’illustrateur hyper talentueux Coliandre (Xavier Colette) et partager ma fantitude de ses champidragons, ça fait plaisir ! Il fait notamment les couvertures pour la maison d’édition Argyll, qui sont superbes.
  • Le camembert rôti aide à supporter le froid d’épinal.
  • Les surprises sur ma PAL : j’était partie pour repartie avec Trois oracles cinglaient vers le couchant de Alex Nikolavitch, ce géant très sympathique, mais après discussion j’ai opté pour Eschaton, qui n’a rien à voir mais semblait bien fun 
  • Le dimanche matin en dédicace est plutôt rigolo, avec ces auteurs et autrices pas réveillés :p Ca m’a offert quelques dédicaces sympa  
  • Il y avait une petite boite à livre toute mimi nichée dans la ville, ca fait toujours plaisir!

Bref, je suis revenue du festival avec des étoiles plein les yeux, beaucoup de fatigue et une jolie crève mais j’ai hâte de remettre ça au mois de mai ! 

6 réflexions au sujet de “Bilan Imaginales 2021”

  1. C’est ce qu’on appelle une belle manière de passer son week-end ! Tu as l’air d’avoir fait de belles rencontres et de beaux achats, l’un allant presque automatiquement avec l’autre quand on parle livres et auteurs passionnés/passionnants 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s