Challenge de l'imaginaire, Chronique, winter short stories of sfff

[Chronique] Ormeshadow, Priya Sharma

C’est parti pour un récit publié dans la collection uhl chez le bélial, et signé Priya Sharma. Si la collection nous a habitués à des couvertures de qualité par le grand Aurélien Police, celle-ci vole haut, très haut ;ce dragon à l’aspect terreux et menaçant est tout simplement sublime.

Et cette novella mérite clairement une belle couverture; comme l’indique le bandeau rouge, elle a reçu les prix shirley jackson et 2019 et le british fantasy award en 2020 (et mon coup de coeur, et c’est clairement le plus important, on est d’accord 😁).

Ce texte est le premier de mes lectures de l’avent . Je l’avais choisi un peu par hasard, J’avais du temps, j’ai pris un texte relativement long dont la couverture me faisait rêver.

Et là : Grosse claque. Le texte est bouleversant. Pas moyen de lâcher le livre, c’est poignant. Je n’avais pas lu de chronique avant la lecture, juste vaguement lu le résumé, je n’étais pas préparée à un texte si sombre, et en même temps très juste.

De kwa ça parle

La famille de Gideon débarque, avec ses maigres biens, à la ferme familiale d’Ormesleep, dans la région d’ormeshadow. Nous somme dans une Angleterre rurale, où la famille doit s’adapter et apprendre (ou réapprendre dans le cas du père) la vie à la ferme et la difficulté des travaux manuels. Ils sont accueillis avec plus ou moins d’enthousiasme par Thomas, Maud et leurs enfants, qui habitent la ferme et en possèdent la moitié. L’autre moitié estla propriété du père de Gideon.

Si l’on en croit les récits de John, le père de Gideon, un dragon aux écailles couleur de cuivre teinté de vert et aux yeux violet dort paisiblement aux alentours du village, au bord de la mer.

Le récit relate la vie du jeune Gideon, qui n’est pas toute rose, car il baigne au contraire dans la cruauté et la douleur. Il subit un déménagement vers une vie difficile à apprendre la vie de fermier sous la tutelle d’un oncle cruel qui les traite à la manière d’un tyran. En plus, le jeune garçon fait face à de nombreuses difficultés : Suicide, trahison, maltraitance… Les histoires liées au dragon semblent être son seul point d’ancrage et l’aider à tenir le coup, son seul échappatoire face à la réalité cruelle et à la cruauté des hommes. Le texte est bourré d’émotions.

Conclusion et avis

C’est un récit difficile, bouleversant et poignant. Je pense qu’il restera dans ma tête longtemps. Il est sombre mais profondément réaliste et touchant, écrit avec une subtilité incroyable. 

L’imaginaire est beau, et sert de support pour Gideon, qui se remémore avec émotion les histoires de son père sur les dragons. En tant que lectrice, j’ai étais fascinée par les légendes autour du dragon, bien qu’elle n’aient finalement pas une place si grande dans le récit. Seules quelques bribes de l’histoire nous sont confiées, juste de quoi faire rêver . On y parle de dragons qui peuvent inspecter le cœur des hommes. Et du premier homme à être émissaire de dragon, gideon bellamans,  un ancêtre de la famille. Gideon semble finalement comme son ancêtre, un jeune homme au cœur tendre, pourtant vite abîmé par la vie…

Chroniques des bloggeurs.euses : Au pays des caves trolls YuyineNevertwhereL’épaule d’OrionLes Notes d’Anouchka – Le bibliocosmeAelinelLhisbei

Autres chroniques de cette collection :

7 réflexions au sujet de “[Chronique] Ormeshadow, Priya Sharma”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s